Imprimer

Analyse de l’eau des puits privés : Sainte-Brigitte-de-Laval en mode préventif depuis déjà quelques années

eau-qui-couleÀ la suite de la présentation des résultats d’analyse des échantillons d’eau des puits privés dans le bassin versant de la rivière Montmorency, la ville de Sainte-Brigitte-de-Laval a souhaité éclairer ses citoyens relativement aux informations contenues dans le rapport produit par la Communauté métropolitaine de Québec.

171 échantillons au total ont été analysés dans la ville de Sainte-Brigitte-de-Laval. De ces 171 échantillons, seulement 44 sont considérés comme étant hors-normes mais aucun d’entre eux n’est considéré comme étant non-potable. De ces 44 échantillons hors-normes, 10 sont contaminés par des coliformes fécaux. De ces 10 puits, 4 ne sont pas de vrais puits, artésiens ou de surface. Ce sont des sources d’eau souterraines ou de surfaces captées de manière artisanales. Il n’est donc pas possible de faire un lien direct de la contamination par les installations septiques de ces puits. La source de contamination peut provenir de l’environnement externe.

«  De plus, nulle part dans les rapports rendus publics par la CMQ il est mentionné que la qualité de l’eau de la rivière Montmorency puisse être mise en péril par ces résultats », a expliqué la mairesse Daniele. « Nous réaliserons par ailleurs au cours des prochaines semaines des analyses dans la Montmorency afin de vérifier la qualité de l’eau de ce cours d’eau », a-t-elle ajouté.

Une situation déjà prise en charge depuis plusieurs années

Depuis 2013, un changement de vision dans le développement de la ville de Sainte-Brigitte-de-Laval s’est opéré. « Nous faisons les choses de manière beaucoup plus réfléchie. Nous avons une vision verte du développement de notre ville », a poursuivi la mairesse. « C’est fini l’ouverture de quartier en vitesse et la construction massive. Avec le programme de protection, de conservation et de reboisement que nous avons mis sur pied, les choses se font différemment ».

De plus, la ville a mis sur pied des programmes de sensibilisation tels qu’une brigade d’inspecteurs en environnement, une éco-patrouille, un comité consultatif en environnement et en développement durable en plus de différentes initiatives pour favoriser la protection des eaux de surface et l’environnement de manière générale.

« Nous avons pris connaissance des informations contenues dans le rapport attentivement. Nous demanderons par ailleurs le rapport détaillé afin de pouvoir l’analyser encore plus en profondeur. Nous avons fait nos devoirs et analysé, avec notre personnel et des professionnels spécialisés dans les questions environnementales, les informations qui nous ont été transmises. La municipalité a tous les outils en main et compte mettre en place toutes les mesures nécessaires afin d’amoindrir les impacts environnementaux des problématiques soulevées », a conclu Wanita Daniele.